Logo CFG Header

Contributions

Nous commémorons le 13ème anniversaire du décès de Cheikh Mahmoud Bouzouzou qui nous a quittés le 27 septembre 2007. Cheikh Bouzouzou fut membre du Conseil de fondation de CPI (anciennement Fondation Cordoue de Genève) de 2002 à son décès. Il a enregistré CPI chez lui, chemin Moïse-Duboule 23, depuis sa création jusqu’à 2004 une fois que l’Institut a eu ses propres bureaux...

par Abbas Aroua

Dans un hôpital universitaire sérieux, il est difficile d'imaginer l'absence d'un des trois piliers du bon fonctionnement d'un établissement de santé : la pratique, la formation et la recherche dans le domaine de la médecine et des sciences de la santé. De nombreux autres domaines de l'activité humaine suivent le même schéma pour améliorer l'accumulation des connaissances, la gestion et le partage des connaissances et les connaissances dans la pratique. La consolidation de la paix, l'équivalent de la médecine en « santé sociale », profite grandement de ce dispositif pour améliorer ses approches et ses outils, être plus efficace et avoir un impact plus important. En fait, le développement des études sur la paix au cours des sept dernières décennies était fondé sur la triade « pratique-formation-recherche ».

par Abbas Aroua

The Challenge of Modernity in the Middle East and North Africa, édité par Cyrus Rohani et Behrooz Sabet, London: Saqi Books, 2019
Auteurs: Abbas Aroua, Alistair Davison, Lakhdar Ghettas, Loïc Sauvinet
Avril 2020

La guerre au Yémen entame en ce mois de mars sa sixième année de conflit depuis que la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite, conjointement aux Émirats Arabes Unis et bénéficiant du support logistique américain, a lancé sa campagne militaire contre les Houthis supportés par les Iraniens. Les saoudiens ont justifié cette intervention au Yémen par le soutien du gouvernement légitime du président Abdrabbo Mansour Hadi, renversé par la rébellion Houthi et les forces loyales à l’ancien président Ali Abdullah Saleh en septembre 2014. Hadi a quant à lui été élu en février 2012 après que Saleh a quitté son poste sous la pression de la révolution de février 2011 dans la foulée des printemps arabes touchant le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

par Abubakar Ben Rajeh

The world is going through an unprecedented multi-dimensional crisis caused by the rapid spread of the virulent COVID-19. Religious authorities and scholars all over the Muslim world are engaged, like other actors in society, in countering the spread of the disease and in supporting health authorities by disseminating their recommendations to the population and conferring on these recommendations a religious obligation. This attitude transcends the sectarian or ideological divides in Muslim societies. The International Union of Muslim Scholars, Alazhar in Cairo, Sistani’s office in Najaf, and many learned societies, scholarly groups and independent Muslim scholars have issued in the past couple of weeks numerous converging fatwas and calls to Muslims on how to behave during the COVID-19 crisis. Various modes of dissemination are used: conventional media, official websites, social media such as Facebook and Twitter, and e-messaging platforms such as WhatsApp and Telegram.

by Abbas Aroua