Logo CFG Header

Contributions

En février 2020 était signé à Doha, au Qatar, un accord entre l’administration Trump et les Talibans promettant le retrait complet des troupes américaines et de l’OTAN d’Afghanistan en mai 2021. Cet accord devait ainsi mettre un terme à une guerre sans fin, ayant coûté la vie à près de 46'000 civils afghans et à plus de 2500 soldats américains (1). En effet, cette guerre, la plus longue jamais menée par les Etats-Unis, n’a jamais réussi à éliminer entièrement les forces du régime taliban qui aura tout au long du conflit maintenu un état guérilla dans le pays occupé, et ce malgré les moyens gigantesques employés par le département de la défense américain. Mille milliards de dollars auront été dépensés (2) et 775'000 soldats américains déployés au cours des 20 années d’occupation (3), sans jamais réussir à ramener la paix au pays.

Kilian Bello

Après des années de conflits, l’Irak est entré dans une phase de reconstruction et de réconciliation. Bien que l’Etat Islamique (EI) ait été vaincu, et les territoires reconquis, les plaies à panser avant de pouvoir atteindre une paix durable sont encore nombreuses. En effet, la violence et l’amplitude du conflit ont contribué à diviser la société irakienne et agrandir la méfiance entre les différentes communautés..

Kilian Bello et Charlotte Mounier

L’ensemble du bassin du lac Tchad est affecté par la dynamique insurrectionnelle djihadiste du groupe armé Boko Haram (BH) récemment fragilisé par l’incursion d’ISWAP et le potentiel assassinat du Leader Aboubakar Shekau (1). Le nord-est du Nigeria est un terrain propice aux violations massives des droits de l’homme, des droits de l’enfant mais aussi du droit international humanitaire touchant particulièrement la condition des femmes et des filles en zone de conflit. En effet, des milliers d’enfants et plus particulièrement des filles sont enlevés, enrôlés dans les groupes armés, abusés et réduits au rang d’esclaves..

par Meg-Ann Lenoble

Le 20 avril dernier était marqué par le décès d’Idriss Déby Itno, l’homme qui avait durant ces trente dernières années occupé le poste de Président du Tchad. Cette mort soudaine, alors que Déby se trouvait – d’après les informations officielles controversées – sur la ligne de front, face aux rebelles du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT), a provoqué un choc ressenti non seulement dans le pays, mais également auprès des autres acteurs présents dans la région du Sahel.

par Kilian Bello