Logo CFG Header

Contributions

La Fondation Cordoue de Genève dispose d’une petite équipe dédiée, à Genève et sur le terrain, ayant des expériences et parcours variés. Nous avons travaillé sur des thèmes aussi divers que les tensions communautaires au Sahel ; la prévention de la violence et l'extrémisme en travaillant avec des érudits musulmans crédibles ; les polarisations et tensions entre acteurs musulmans aux références religieuses différentes au Moyen-Orient et dans le Golfe ; et le renforcement des capacités de promotion de la paix parmi les journalistes en Afrique de l’Est. Notre méthodologie est basée sur l'encouragement et la facilitation du dialogue, comme moyen de communiquer directement avec « l'autre », de discuter des différences et des similitudes et d'identifier des espaces communs pour le travail collaboratif.

Le 19 mai 2018, à l'Université d'Ibn Zohr à Agadir, des affrontements violents entre des étudiants du Mouvement Culturel Sahraoui et Amazigh indépendantistes ont conduit à l'assassinat d'Abderrahim Badri, étudiant en droit de 24 ans. Trente autres étudiants ont été arrêtés dans les jours suivants, alors que les jeunes de tout le pays avaient du mal à faire face à une autre mort inutile dans les universités marocaines.

Le début du mois de mai 2018 a été rythmé par des élections dans trois pays du monde arabe, toutes perçues comme libres et justes par les institutions internationales, même si quelques incidents sont à déplorer. En effet, des élections législatives se sont déroulées en Irak et au Liban, et les Tunisiens ont été appelés aux urnes pour les élections municipales. Du taux d’abstention record en Tunisie (mais aussi décevant dans les deux autres pays), aux soupçons d’irrégularités, voire de fraudes, en Irak, il est tout de même à noter que ces élections se sont déroulées dans des contextes économiques, politiques et sociétaux tendus, et ont déjoué quelques pronostics. Ces élections, bien que fragiles, représentaient malgré tout un espoir démocratique de changement dans une région tourmentée depuis bien trop longtemps.

Outre ses activités de transformation des conflits sur le terrain, la Fondation Cordoue de Genève (FCG) a fait de la formation, depuis plusieurs années maintenant, un de ses atouts. En effet, nous croyons sincèrement que la promotion de la paix passe aussi par l’éducation des jeunes et la formation d’acteurs sur le terrain. Ceci est d’autant plus efficace que l’audience est diverse et comprend des acteurs appartenant aux diverses parties d’un conflit donné. Dans ces conditions, le lieu de formation devient un véritable espace de médiation où les participants, en plus d’acquérir des connaissances techniques, apprennent à se connaitre et échanger et à faire des analyses conjointes.