Logo CFG Header
alt_text
avril - juin 2021

Cher Lecteur, Chère Lectrice,

Une décennie après le déclenchement du « Printemps arabe » et l’espoir qu’il a suscité, et deux ans après le début de la deuxième vague des mouvements de protestation qui ont touché le Liban, l’Irak, le Soudan et l’Algérie, les pays de cette région sont confrontés à des défis – à des degrés divers – dans le chemin de la démocratisation et l’établissement d’Etats de droits. CPI continue de suivre l’évolution de la situation dans cette région. Entre d'autres activités, en Irak où notre Institut est maintenant enregistré, nous avons commencé un projet sur le thème de la cohésion sociale, soutenu par les ministères allemand et suisse des affaires étrangères.

CPI continue également de monitorer la situation dans les régions du Sahel et d’Afrique de l’Ouest, confrontés ces derniers temps à plusieurs défis politiques et sécuritaires. L’Institut poursuit sa contribution au développement et à la dissémination d’un discours alternatif à celui qui légitimise et justifie la violence extrême, tout en alertant les décideurs politiques sur les effets néfastes du discours anti-terroriste et de la politique du tout sécuritaire comme unique approche de dé-extrémisation.

Dans cette édition de notre Newsletter, Kilian Bello s’interroge dans une première contribution intitulée « Après Idriss Déby : Quel avenir pour le Tchad ? » sur l’impact du décès du président tchadien d’Idriss Déby Itno le 20 avril 2021 sur l’avenir du Tchad et de la région, vu le rôle important de ce pays dans les dispositifs sécuritaires au Sahel. La seconde contribution de Meg-Ann Lenoble explore les « Enjeux de genre pour les enfants associés aux groupes armés au nord-est du Nigeria ».

Nous vous souhaitons un bel été !

L'équipe de CPI

CAN Youth Literary Competition
 Atelier et compétition litéraire, Nigéria

Nouvelles de l’Institut


Zanzibar, Tanzanie - Du 14 au 18 juin 2021, CPI and son partenaire tanzanien, Friends of Zanzibar, ont organisé pour 16 étudiants et représentants de la jeunesse une Formation de Formateurs portant sur la transformation de conflits. Cette formation marquait la fin d’un projet de deux ans sur la cohésion sociale et la promotion d’alternatives civiques à la violence au Zanzibar, qui a été réalisé avec le soutien de l’ambassade suisse en Tanzanie. Durant deux ans, sur les six trimestres qu’aura compté le projet, des chefs communautaires (17), des Imams (40), des étudiants (30) et des membres d’ONG (30) auront suivi des cours portant sur l’analyse de conflits, la négociation, la médiation et la cohésion sociale. Par ailleurs, 45 journalistes représentant 28 organisations médiatiques publiques et privées (journaux, radio et chaines de télévision) ont également reçu une formation au journalisme de paix. De plus, 30 acteurs communautaires de Pemba ont été formés et ont mis en place un mécanisme communautaire d’alerte et de réponse rapide à l’approche des élections générales de fin 2020. Durant la pandémie de COVID-19, un manuel de prévention a été traduit en swahili et 2000 copies ont été distribuées en Tanzanie et dans neuf autres pays est-africains alentours. La Formation de Formateurs vise à renforcer les capacités de formation locales pour assurer la durabilité des résultats liés au projet, y compris les « peace clubs » mis en place par les étudiants sur les campus de leurs universités au cours du projet.

Nigéria - Le centre Dar El Andalus, partenaire de CPI au Nigéria, a organisé un atelier clôturé par une remarquable compétition littéraire, rassemblant plus de 30 auteurs locaux.

Avant de devoir écrire une histoire captivante en Hausa (la langue ouest-africaine la plus répandue), les participants ont reçu une formation portant sur les récits alternatifs constructifs en réponse aux discours extrémistes ainsi que sur l’éthique des médias.
Une cérémonie récompensant les 5 meilleurs scriptes a été tenue le 30 mai 2020. Félicitations à tous les participants !

Publication: Dépolarisation idéologique en Afrique du Nord. Abbas Aroua. Research Paper Series. Cordoba Peace Institute – Geneva (2021).

Les polarisations idéologiques et leur gestion représentent un défi majeur pendant la transition démocratique et déterminent le succès ou l’échec de la transition. Cette contribution tente d’abord de montrer l’impact négatif des polarisations idéologiques aiguës sur la transition démocratique en prenant comme exemples les expériences de l’Algérie, de l’Egypte, de la Libye, du Maroc et de la Tunisie. Elle examine ensuite la scène politique en Afrique du Nord et les tensions idéologiques en son sein et souligne l’importance d’éviter le piège de considérer les courants idéologiques nord-africains comme des blocs monolithiques mais plutôt comme des spectres larges comprenant des acteurs aux attitudes et comportements politiques variés. Elle expose aussi des modèles qui aident à penser la gestion de la différence et le renforcement de la cohésion dans une société pluraliste tirés des traditions occidentale et islamique, et propose « l’espace de médiation protégé » comme mécanisme de dépolarisation idéologique.

https://bit.ly/3crj6v4


 
deby macron

Après Idriss Déby : Quel avenir pour le Tchad ?

par Kilian Bello
    Lire l'article    
 
Gilbert Groud

Enjeux de genre pour les Enfants Associés aux Groupes Armés au nord-est du Nigeria

par Meg-Ann Lenoble
    Lire l'article