Logo CFG Header
 

Since 2013, the Cordoba Foundation of Geneva, together with the RPC (Religion, Politics, Conflict) and Sahel desks of the Swiss Federal Department for Foreign Affair’s Human Security Division, has carried out a number of initiatives focused on religious actors in the Sahel region. These have aimed at peace promotion, the creation of mediation spaces, and capacity building for conflict transformation, and have included research activities as well as five successful platform meetings and training sessions for participants from across the region, which have led to a series of local peace-building initiatives.

Based on its work so far, the Foundation maintains that polarizations and tensions occurring at the intersection of religion and politics and/or involving religiously-inspired political actors are obstacles to inclusive, participative and peaceful societies in the Sahel region. In this context, the proposed project aims to 1) prevent the escalation of violence related to extremist discourses and practices, both by state and non-state actors; 2) promote peaceful coexistence between communities of different ethnic, cultural and religious affiliation; 3) address specific issues related to the exclusion of religious actors; and 4) encourage the development of cross-regional understanding and exchange on issues impacting the promotion of peace in the region.

Atelier sur la promotion de la paix au Sahel
Dakar, 2 - 3 mai 2017
Auteur : Abdoulaye Bâ
Revue : Sarah Franck
Traduction : Khadidja Neggazi
Download the Report
 

Résumé

 La Fondation Cordoue de Genève (FCG), en collaboration avec la Division Sécurité humainedu Département fédéral suisse des affaires étrangères (DFAE), ont organisé, du 2 au 3 mai 2017,à Dakar (Sénégal), la quatrième Plateforme Sahel.

Vingt-huit participants de Mauritanie, du Mali, du Nigéria, du Niger et du Tchad y ont pris part.Ont également participé, à titre d’observateurs, deux personnalités réputées en matière de suividu paysage religieux et socio-culturel au Sénégal, pays hôte. Cette quatrième Plateforme Sahela également été marquée par la participation active d’un leader de haut rang d’une grande tribuazawadienne, venu spécialement de Kidal pour cette rencontre.

La cérémonie d’ouverture a été enrichie par une importante allocution de SE l’Ambassadeur deSuisse au Sénégal, responsable des relations bilatérales également pour le Cap-Vert, la Gambie,le Guinée-Bissau, le Mali et la Mauritanie. Les participants ont tous salué ce discours qui a misen avant les activités de la Suisse dans le domaine de la promotion de la paix au Sahel et savolonté de participer de manière active à la mise en place de dialogue inclusif pour latransformation des conflits et la prévention de la violence.

L’objectif de cette quatrième Plateforme Sahel était d’examiner la situation actuelle dans larégion dans les domaines de la sécurité, du politique et du religieux, de mesurer l’impact desrapports inter- et intra-confessionnels sur les dynamiques de violence et de paix et d’évaluerl’état actuel de la cohésion sociale dans les pays de la région. Enfin, il s’agissait de faire le suiviet l’évaluation des projets et initiatives concrètes initiés lors des dernières Plateformes Saheltenues à Nouakchott (2014 et 2015) et à Caux (2016) et des autres activités de la FCG et duDFAE dans le domaine de la transformation de conflits. Outre le suivi des projets et l’examendu contexte, ces rencontres visent également à identifier les nouvelles lignes de tension et lesfractures confessionnelles et ethniques, entre autres, et à dégager des pistes favorisant leurréduction. C’est également une occasion privilégiée permettant d’approfondir la réflexion surd’autres tensions moins connues et parfois plus anciennes, qui sont aujourd’hui une réalitévécue dans certains pays de la région.

C’est dans ce cadre que la situation au Nigéria, au Tchad, en Mauritanie et particulièrement auMali, ont fait l’objet d’intenses et riches discussions. Ces dernières ont démontré leprofessionnalisme des personnes présentes, le grand respect et la confiance mutuelle que sevouent les participants.

Il est à noter que cette dynamique, porteuse d’espoir pour la région, est la résultante del’important travail effectué par la FCG et le DFAE auprès des acteurs locaux depuis 2014. Cettematuration de l’action de la FCG et du DFAE pourrait être transformée en une synergie activeregroupant les chefs traditionnels, les acteurs religieux et les représentants des organisations dela société civile (OSC) pour une promotion du dialogue et de la paix, à travers des actions demédiation.

Download the Report